Traitement anticoagulant

 

Un traitement anticoagulant expose le patient à plusieurs risques : hémorragie ou thrombose. Il est indispensable d’observer la prescription médicale et de contrôler régulièrement l’ INR, qui mesure la fluidité du sang. Il est également important de connaître les signes évoquant une possible hémorragie.
De nouveaux anticoagulants (NaCo) permettent d’éviter cette surveillance.

 

Qu’est-ce qu’un traitement anticoagulant ?

Les traitements anticoagulants ont pour objectif de « fluidifier » le sang. Ils sont prescrits dans les cas suivants :

 

  • risque de thrombose : pour empêcher la formation d’un caillot de sang dans un vaisseau sanguin, quand le patient est alité trop longtemps (hospitalisation, plâtre…) ;

  • phlébite (caillot dans une veine) ou risque de phlébite ;

  • embolie pulmonaire ou risque d’embolie pulmonaire ;

  • certains troubles du rythme cardiaque ;

  • anomalies des valves cardiaques ;

  • port de valves cardiaques ;

 

Quels sont les risques d’un tel traitement ?

 

Le principal risque est hémorragique, secondaire à un surdosage du médicament. À l’inverse, un sous-dosage expose à une thrombose. C’est justement pour éviter cela qu’il est fréquemment prescrit. Il est donc essentiel de bien définir la dose d’anticoagulant nécessaire et de surveiller régulièrement le taux d’anticoagulant. Ceci se fait grâce à un indice bien précis : l’INR

 

INR : International Normalized Ratio

 

Il permet de s'assurer que la dose d'anticoagulants prescrite est efficace. Le médecin (généraliste, cardiologue, neurologue) définit la dose d’anticoagulant optimale pour obtenir une fluidité sanguine cible. Celle-ci est variable d’une pathologie à une autre et en général située entre 2 et 3.

Une fois la cible déterminée, l'examen INR permet de s'assurer que la dose prescrite est efficace.

Le contrôle de l’INR est indispensable. Il n’existe aucun symptôme particulier de  surdosage ou de sous-dosage.

Cette mesure se fait par une prise de sang, possible en cabinet médical. Elle est faite fréquemment au début, puis de façon plus espacée quand le taux est fréquemment dans la norme requise.

 

 

Quels sont les signes d’alerte de surdosage ?

 

Le principal risque associé aux traitements anticoagulants résulte de son action : ce sont les saignements. Il faut donc être vigilant et connaître les signes évocateur qui doivent vous obliger un médecin rapidement :

 

  • saignement des gencives ou du nez ;

  • œil rouge ;

  • sang dans les urines ou dans les selles ;

  • règles très abondantes ;

  • bleus (hématomes) ;

  • vomissements ou toux contenant du sang ;

  • saignement qui ne s’arrête pas.

  •  

Quelles précautions prendre ?

 

De manière à assurer l’efficacité du traitement et en limiter les risques, il faut veiller à :

 

  • respecter la dose et les moments de prise ;

  • signaler la prise d’anticoagulant à tout professionnel de santé ;

  • ne pas interrompre le traitement sans l’avis de votre médecin ;

  • faire régulièrement vos mesures d’INR ;

  • remplir le carnet de suivi ;

  • consulter en urgence en cas d’hémorragie ;

  • avoir une alimentation équilibrée ;

  • limiter la consommation d’alcool ;

  • consulter son médecin avant toute prise de nouveau médicament, voyage, intervention chirurgicale, etc. ;

  • ne pas prendre de médicament sans avis médical ; attention aux anti-inflammatoires disponibles sans ordonnance qui augmentent le risque hémorragique ;

  • ne pas pratiquer de sport violent ni d’activité pouvant entraîner une chute ou une coupure.

Anticoagulants et grossesse

Certains traitements anticoagulants sont contre-indiqués durant la grossesse. L’indication d’un anticoagulant est posée par un spécialiste. Bien indiquée, elle ne présente pas de risque pour bébé et peut permettre à la grossesse de se dérouler convenablement.

 

La prise d’un traitement anticoagulant protège de la formation de caillots, mais expose à un risque de saignement. Il est indispensable de bien suivre les prescriptions et de connaître les signes d’alerte. Le port d’une carte ou d’un papier stipulant que vous êtes sous anticoagulants est indiqué en cas d’urgence.